Inspiration

Évasion à Saint-Paul-d’Abbottsford

22 janvier 2016

Quelques fois quand l’envie d’évasion se pointe fort fort fort mais que je ne peux quitter mon nid douillet pour d’autres lieux, un de mes petit plaisir consiste à visiter ou « zieuter » des maisons à vendre sur le web. Page après page, photos après photos, j’analyse, je critique, je m’évade dans l’intérieur des autres… Mais, ce que j’apprécie vraiment, ce qui me fait rêver à tout coup, c’est de découvrir une maison qui est encore « dans son jus ». C’est-à-dire que rien ou presque n’a changé depuis des années, rappelant une époque, une manière de vivre qui n’est plus. J’adore ça!

Aujourd’hui, je vous présente mon dernier coup de cœur, une immense demeure de 1965 située dans le village de Saint-Paul-d’Abbottsford en Montérégie. J’ai craqué pour les nombreux détails toujours présents : les murs de pierres ou de bois, les planchers de marbres et de céramiques, le tapis « mur à mur », sans compter l’abondante fenestration. Rien ne semble avoir bougé depuis les années 60 « Mad Men sort de ce corps ».

Une petite visite guidée?

évasion à Saint-Paul-d'Abbottsford

évasion à Saint-Paul-d'Abbottsford

évasion à Saint-Paul-d'Abbottsford

évasion à Saint-Paul-d'Abbottsford

évasion à Saint-Paul-d'Abbottsford

évasion à Saint-Paul-d'Abbottsford

évasion à Saint-Paul-d'Abbottsford

évasion à Saint-Paul-d'Abbottsford

Elle vous plaît?

Personnellement, mis à part quelques éléments déco, je ne changerais rien à cette maison. Je ne toucherais surtout pas à la cuisine ou à la salle de bain bleu. Et j’y passerais volontiers mes week-ends libres à papoter dans la cuisine ou encore à me prélasser dans la piscine intérieure avec ma famille et mes amis. Elle compte quand même six chambres. On rêve là!

Bon d’accord, moi aussi je dois trouver de très très gros arguments pour convaincre mon banquier… Mais avouez qu’elle donne envie de changer d’époque pendant quelques heures, de siroter un petit verre de rouge devant le foyer ou de se prélasser dans un grand sofa modulaire durant une tempête de neige. Ça va, j’arrête.

Source : Centris

À lire aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire