Au Quotidien

Comment trier les vêtements d’enfants ?

20 mars 2018

Pour chaque enfant combien de vêtements avons-nous besoin ? Dix paires de pantalons, quinze t-shirts, douze chandails, trente paires de chaussette… Plus ? Moins ? Chez nous qui dit changement de saison, dit ménage, tri et don dans les vêtements. Et surtout : pas d’accumulation.

Ça tombe bien, c’est maintenant le printemps ! Alors ? Qu’est-ce qu’on attends ;-)

Une liste, c’est pratique

Il est évident qu’avec nos quatre saisons, difficile de passer à côté de l’habit de neige. Mais cinq tuques pour l’hiver, six maillots de bain pour l’été, est-ce vraiment nécessaire ? Peut-être pas.

L’idéal est de commencer par faire une liste, d’établir les besoins vêtements et le nombre nécessaire pour chaque item : t-shirts, robes, pantalons, jupes, shorts, chandails, sous-vêtements, maillots de bain, etc.

Personnellement, je fonctionne pour combler dix jours de vêtements. Après, j’ajoute les accessoires incontournables comme l’imperméable, le manteau, le chapeau, etc. que j’aurai en un ou deux exemplaires. De cette façon, j’ai une bonne rotation sans avoir à gérer une boutique de textile à la maison.

La marmaille grandit vite et leurs vêtements s’usent rapidement, alors à quoi bon de surconsommer pour les fringues. Une liste permet de bien déterminer les besoins et de ne pas acheter de superflu ou pire en double quand ce n’est pas nécessaire.

J’ajoute aussi deux ensembles plus habillés pour les activités spéciales (anniversaires ou autres), sinon le reste sert à l’usage de tous les jours, c’est-à-dire l’école et la garderie.

La méthode en trois piles

À chaque début de saison, je sors tout. Je commence toujours mon tri par les vêtements de l’aînée parce que plusieurs items iront à la cadette. Je mets tout sur le lit et débute mon rangement en faisant trois piles : encore bon, trop petit, trop usé.

  1. « encore bon » : je sépare et range par saison automne-hiver, printemps-été
  2. « trop petit » : je refile à la plus jeune, sinon je donne/vends
  3. « trop usé » : je réutilise (chiffons, guenilles, etc.) ou je donne

L’objectif est de réduire au maximum l’accumulation de vêtements, ne pas acheter plus que le nécessaire et de minimiser les coûts, surtout si l’achat n’est pas utilisé/usé.

Ne jetez pas les vêtements à la poubelle. Ils iront directement au dépotoir et les textiles peuvent prendre jusqu’à 500 ans pour se décomposer.

La solution : Donner aux centres de dons. Tous les invendus seront recyclés ou expédiés dans les pays en développement, un moindre mal par rapport à l’enfouissement des déchets textiles. Et ce, même si certaines pratiques sont discutables pour l’exportation.

Comment s’organiser ?

Ma sélection terminée, je fais des ensembles avec les vêtements qui sont « encore bon » : bas (pantalon, jupe,…) et haut (chandail, chemise,…) sur le même cintre. J’aime bien cette méthode parce que d’un coup d’œil je vois ce qu’il manque pour la prochaine saison. Trop de chandails, pas assez de pantalons, pas de jupe, justes des robes…

Au-delà de dix-douze ensembles complétés, je vends, je donne, et je n’achète plus. Ce qui peut arriver rapidement lorsque l’on conserve des vêtements pour le deuxième ou troisième enfant. C’est pourquoi le tri saisonnier devient important, il permet de garder le contrôle sur l’accumulation.

Sans compter qu’en vieillissant nos enfants ont aussi leurs préférences qu’il faut (quand même) prendre en considération si l’on ne veut pas qu’ils boudent certains morceaux. Adios, le petit ensemble qui vous a fait craquer, vous devez maintenant vous battre contre Pat’Patrouille, Kung Fu Panda, Elena d’Avalor, et quoi d’autres ?

Les petits oublis

À ne pas oublier sur la liste, l’accessoire de saison à trouver avant que la saison ne commence réellement, parce qu’après vous risquez de chercher, chercher, chercher et de payer le gros prix…

Vous savez les petits gants d’automne parce qu’il fait un peu froid, mais pas assez pour les grosses mitaines d’hiver. Le chapeau de printemps qui doit encore cacher les oreilles parce que la casquette n’est pas encore d’actualité. Tous ces petits acolytes qui te remplissent un tiroir et qui se perdent continuellement.

À acheter en double (ben oui !) parce que dès que nos enfants rentrent à l’école, il se produit le même effet que pour les bas dans la laveuse : ils reviennent toujours à la maison avec une seule mitaine ou (pire) un seul soulier… Alloooo !

Je tri, je range, je donne

En résumé, je commence par faire une liste des besoins pour la nouvelle saison. Ensuite, je fais le tri et détermine une dizaine d’ensemble prêt à porter. Je range ce qui servira plus tard et donne le surplus.

Alors pour récompenser mes efforts de ménagère frénétique, je pars explorer à l’aide de ma liste et un certain plaisir, les friperies de ma région, en essayant bien sûr de contrôler mes ardeurs de chineuse ;-)

Bon printemps et bon tri !

 

Dans la même catégorie

Aucun commentaire

Écrire un commentaire